Initiation Alpinisme – Ascension du Grassen

« Salut Thibault, il fera beau ce WE, je confirme donc le stage. »

Brève, concise, cette petite phrase vient conclure plusieurs mois d’organisation et annonce une belle épopée! Dans quelques jours, Patrice, guide de haute montagne, nous emmène dans le canton suisse d’Uri pour un week-end d’initiation à l’alpinisme. Nous? Un groupe de 6 alpinautes avides d’aventure : Anthony, Armelle, Delphine, Maxime, Patrice et moi-même. On a hâte d’y être!!

 

Samedi 7 juillet :

 

C’est le grand jour! Rendez-vous à la piscine du SIPES à Village-neuf à 7h où l’on retrouve Patrice, notre guide. Après un rapide point matos, il est temps d’embarquer et de se mettre en route. Allez, c’est parti!! Ou presque….  Il y a un léger problème : on n’a pas assez de voitures disponibles pour covoiturer….  Entre celles qui n’ont pas la vignette suisse, celles qui ne passent plus le contrôle technique etc, il ne reste finalement qu’une voiture disponible pour six. Ca commence bien! Je passe donc rapidement chez mes parents récupérer une voiture qui soit en mesure de nous mener à bon port, puis on prend la route. Cette fois c’est la bonne 🙂

 

Il nous faut un peu plus de deux heures d’un voyage des plus agréables sur les petites routes de montagne suisses pour atteindre le point de départ de notre périple. On s’équipe (plus ou moins) rapidement et on attaque!!

 

Le groupe fin prêt

 

 

La première étape de notre aventure nous mène au refuge Sustilhütte à 2257m d’altitude. 45 petites minutes d’effort pour une ascension de toute beauté au milieu des imposants sommets du coin. La montée a beau être courte, le sentier ne nous épargne pas : raide et parsemé d’échelles, le ton est donné d’entrée de jeu!

 

 

Au refuge, Patrice nous briefe sur le programme du week-end et en profite pour donner quelques conseils en matière de cartographie. Vient ensuite le moment d’entrer dans le vif du sujet. On se déleste du matos inutile, on enfile les baudriers et on attaque la marche d’approche qui nous mène au pied de la Kanzelgrat, une belle arête rocheuse qui se prête à merveille à une initiation à l’alpinisme rocheux.

 

 

Au pied de la dite arête, Patrice nous explique tout ce qu’il faut savoir sur l’encordement et la progression en « corde tendue » qui s’impose sur ce type de terrain.

 

L’excitation monte.

 

Après la théorie, place à la pratique. On forme deux cordées. Patrice emmène Armelle, Delphine et Maxime avec lui tandis que je prends Anthony et Patrice (le deuxième Patrice….. voila encore un coup à s’emmêler les pinceaux) sur ma corde.

 

L’excitation est à son comble. S’y mêle une petite dose d’appréhension…..

 

C’est parti! Patrice attaque le premier ressaut rocheux qui marque le début de la course. Quelques minutes plus tard, c’est à mon tour d’emmener ma cordée à l’aventure. Et quelle aventure!! Pendant près de trois heures, on suit le fil acéré de l’arête dans un environnement aussi époustouflant qu’intimidant. On escalade, on désescalade… A mesure que les ressauts s’enchainent, les gestes se font plus fluides et l’appréhension laisse place à une forme d’euphorie dopée à l’adrénaline. On savoure. Arrivé au bout de l’arête, il nous faut encore enchainer deux rappels avant de retrouver le plancher des vaches. Il faut bien l’avouer, on est plutôt fiers de nous 🙂

 

La Kanzelgrat

 

Dans la traversée

 

 

On rentre au refuge pile à l’heure pour un bon repas amplement mérité!!

Un magnifique coucher de soleil vient conclure cette superbe journée de la plus belle des manières. Il est temps d’aller dormir, la journée de demain sera longue!

 

Dimanche 8 juillet :

 

5h30, le réveil sonne. La nuit a été longue – d’ordinaire, c’est aux alentours de 3 heures que le réveil sonne, je savoure la « grasse matinée » – et je m’aventurerais presque à dire qu’elle a été bonne. Un beau lever de soleil et un copieux petit déjeuner nous permettent d’être rapidement d’attaque. A 6h30, on quitte le refuge en direction de l’objectif du jour : le Grassen. Sommet d’altitude modeste (2 946m), il offre néanmoins une belle voie d’ascension – idéale pour débuter l’alpinisme sur glacier – et surtout une vue splendide. La journée promet d’être belle 🙂

 

Après avoir remonté la moraine pendant une petite heure, on prend enfin pied sur le glacier. Après une séance d’initiation au cramponnage animée par Patrice, les choses sérieuses peuvent commencer! On s’encorde, on empoigne nos piolets… puis on s’élance en direction du sommet!

 

L’ascension est de toute beauté. Le glacier que l’on remonte, d’abord plongé dans l’ombre des mastodontes qui nous surplombent de leur masse imposante, est bientôt baigné par le doux soleil matinal. La vue est à couper le souffle. On avance lentement, mais sûrement, on prend le temps d’appliquer avec soin les conseils prodigués par Patrice, mais aussi de savourer l’instant. C’est qu’on est plutôt bien là haut!! On se sentirait presque privilégié 🙂

 

Dans l’ascension

 

 

Après une grosse demi-heure passée à remonter le glacier, on franchit un col… duquel l’objectif convoité nous apparait. Le sommet du Grassen est là, sous nos yeux, à la fois proche et loin. Il nous faut encore une grosse heure de marche avant d’atteindre la croix marquant le sommet.

 

Le sommet est en vue 

 

 

Ca y est, on y est! Le panorama qui s’offre à nos yeux est grandiose, il fait beau et chaud, on n’est pas pressé…. les raisons sont nombreuses pour rester là haut à profiter du moment!! Après de longues minutes de contemplation, mais aussi de poses photos, on reprend la route. Ce n’est pas sans une petite pointe de regret qu’on quitte le sommet, direction le refuge que l’on atteint deux heures plus tard.

 

Le panorama depuis le sommet

 

 

Après un repas amplement mérité, il est déjà temps de rejoindre la civilisation. Le retour aux voitures se fait bien trop vite, comme toujours…

 

Un dernier coup d’œil aux sommets qui nous entourent, un dernier regard en direction du Grassen au sommet duquel nous nous tenions fièrement il y a à peine quelques heures, une dernière bouffée d’air frais…. puis vient le moment d’embarquer, direction l’Alsace!

 

Quelques heures de route, et nous voila de retour chez nous!! Ne nous reste qu’à nous dire au revoir, et surtout à prendre rendez vous pour de prochaines aventures!! En espérant qu’elles soient aussi belles que celle que l’on vient de vivre et qu’on n’est pas prêt d’oublier 🙂

 

Merci Patrice, Anthony, Armelle, Delphine, Maxime et Patrice pour cette superbe épopée, et merci à Alpi360 pour le soutien logistique et financier!!

Aller à la barre d’outils