Week-end Hohneck

Ce week-end Alpi360 était au Hohneck !

Nous partîmes à 12, mais par un prompt renfort nous nous vîmes 14 en arrivant au port…. sommet !
Le club organisait un week-end au Hohneck pour profiter des joies de la neige et passer du bon temps ensemble.

Au programme : rando Raquettes, batailles de boules de neige, construction d’igloo.. et j’en passe avec un dodo dans le refuge des trois fours fraîchement rénové.

Organisée de longue date, l’imminence de l’expédition approchant, les questions sur la situation d’enneigement fût au cœur des débats. Quelques jours auparavant, la messe avait été prononcée… la neige fond inexorablement et la probabilité de se lancer des cailloux et de creuser un trou de Hobbit était inéluctable ! Qu’à cela ne tienne, nous allions passer le week-end entre nous, sportivement, et l’absence partielle ou totale de neige ne changerait rien à la perspective d’un excellent moment, ensemble.

Départ sur le parking du Cosec de Huningue à 10h, fiévreux, la peur au ventre fut rapidement changée en sourires et autre pronostics plus que positifs de partager ces moments à venir.

1h30 de route et un menu « Mac arrêt au stand siouplai », le convoi approchait de l’objectif et toujours pas de neige… c’était sans compter sur l’espièglerie de mère Nature puisque passé 1000 mètres, au détour d’un virage, la neige a commencé à montrer le bout de son flocon.

Arrivés au col de la Schlucht cela ne faisait plus aucun doute, nous allions manger de la neige pour le reste du week-end jusqu’à l’overdose ! Nous fumes accueillis par les rires d’enfants jouant à dévaler les pentes en luges et les rappels à l’ordre de parents « NON PAS PAR LA C EST UNE PISTE NOIRE §§§ »

Neige… check
Ambiance station de ski… check

Une fois tous équipés, 3 à 4 heures de randonnée raquettes de toute beauté sous la neige tombante nous attendait, avec pause casse-croûte au milieu de la forêt, batailles de boules neiges et autre blague qui consiste à taper sur une branche pour faire tomber l’amoncellement de neige sur la tronche de la personne qui vous suit… plus facile à dire qu’a faire puisque votre serviteur a bien pris conscience de l’expression l’arroseur arrosé dans ses différentes tentatives.

Raquette.. check
Boule de neige.. check
Neige dans le dos.. check…

Après cette mise en jambe, direction le refuge, afin de prendre nos quartiers puis revêtir tenue plus… ben plus sèche quoi ! Et surtout, pour la partie décisive du week-end.. L’apéro ! Votre serviteur était responsable de l’approvisionnement et pour sa 1re, aussi bien en refuge qu’à l’approvisionnement de boisson il avait vu un peu juste, ce qui lui attira raillerie et autres quolibets peu flatteurs. D’autant que votre serviteur est originaire du sud de la France et que là-bas l’apéro est un sport national.

Apéro… 1/2 check

Nous prîmes le repas, et même si l’assaisonnement des plats était en option la soirée fut excellente avec partage, discussion, rigolage, jeux de cartes.. Bref on s’est bien marrés ambiance chalet de montagne après une journée d’effort.

Jeu de cartes… check
Repas sans sel… check

Les protagonistes allant se coucher au compte-goutte, tous étaient endormis pour 0h00.

Nous devions être 12, mais au finale c’est à 14 que nous sommes arrivés et pas de place pour tout le monde au refuge qui affichait complet. Mais c’était sans compter sur Pierre et Florian qui ont passé une douce nuit sous la tente malgré des adieux déchirants et la culpabilité partagée par tous, de les laisser aux mains froides de la nuit… et surtout à l’abri d’odeurs douteuses et autre ronflement !

Tente par -5… check

Le lendemain, après un copieux petit dej et le consensus généralisé d’un départ tardif du refuge, la destination prévue fut le Hohneck.

Retour aux voitures qui hébergeaient les raquettes et les sacs pour la nuit, tout le monde s’équipe dans la joie et la bonne humeur et nous voilà partis pour une superbe randonnée de plus de 4h, même si certains ont préféré la douce chaleur d’une auberge à mi-parcours. Le soleil, ce jour-là, était au rendez-vous et a permis une marche un peu plus engagée que la veille avec une belle montée du Petit Hohneck dans une neige totalement immaculée, casse-croûte à son sommet puis retour au Hohneck puis aux voitures ou nous attendaient ceux qui avaient abandonné… préféré ne pas forcer.

Plus sérieusement, certains d’entre nous ont pu voir en direct la chute d’une grosse centaine de mètres d’un grimpeur dans un des couloirs de l’épaule Nord du Hohneck… fort heureusement et un peu miraculeusement nous avons pu constater qu’il était vivant après sa chute, Florian appelant les secours dans les secondes qui ont suivi l’accident et Pierre criant des indications afin de guider ceux qui tentaient de rejoindre le malheureux.

C’est le cœur un peu lourd que nous avons fini cette randonnée qui somme toute fut magnifique.

Merci à Pierre pour l’impeccable organisation du week-end et à tous les participants pour leurs bonnes humeurs et les moments partagés.

Aller à la barre d’outils